Loaba Salimata soutient sa thèse grâce à l'appui du PTCI PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Bery Kandji   
Mercredi, 28 Mai 2014 15:25

Loaba Salimata, est bénéficiaire du programme d’Appui à la Thèse Doctorale lancé par le PTCI  en 2000.  Elle a soutenu sa thèse le 23 Mai 2014 à l’UFR/SEG de l’Université de Ouaga 2, devant un jury composé d’imminents professeurs : Pr Kimseyinga Savadogo, directeur de la thèse, Pr Yves Abessolo du Cameroun,  Président du Jury, Pr Cirpe Gnaderman Directeur de l’UFR/SEG de Ouaga 2, Pr Chérif Sidy Kane du Sénégal, Pr Pam Zahonogo de l’Université Ouaga 2, co-directeur de la thèse et le Pr AGBODJI Akoété Ega du Togo.

Sa thèse, qui porte sur les « Asymétries d’information sur le marché bancaire et croissance économique dans l’UEMOA » a reçu une mention très honorable du Jury.

En voici le résumé…

 

Les pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine réalisent des performances économiques faibles par rapport à d’autres pays en développement. Cette faiblesse de la croissance s’explique en partie par la forte asymétrie d’information sur le marché bancaire qui amène les banques à rationner le crédit à l’économie.

La prise en compte des asymétries d’information dans l’analyse de la relation développement financier et croissance économique a fait l’objet de cette étude. Il s’agit d’intégrer le risque crédit dans l’analyse de la relation crédit bancaire et croissance économique. L’analyse menée est basée sur l’hypothèse que les asymétries d’information réduisent l’effet positif du développement financier sur la croissance économique.

Pour tester cette hypothèse, un échantillon de sept pays de l’UEMOA durant la période 1986-2010 est utilisé. Les estimations sont basées sur deux méthodes. La première méthode est celle du GMM en système, appliquée sur un modèle linéaire de croissance. La seconde méthode est celle des triples moindres carrés, utilisée sur un système d’équations simultanées. Les résultats à l’aide des deux méthodes indiquent un effet positif du développement financier, mesuré par le crédit bancaire sur la croissance, et un effet négatif du risque crédit sur la croissance économique. Les résultats montrent que la prise en compte du risque crédit restreint l’impact positif du développement financier sur la croissance économique.

La réduction des asymétries d’information permet d’augmenter le financement de l’économie et de ce fait la croissance économique.