Conseil académique du PTCI, le début d’une ère nouvelle ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Bery Kandji   
Vendredi, 09 Novembre 2012 16:37

 

2012 est une année particulière pour le PTCI, en cela qu’elle marque la fin de la première phase du Nouveau PTCI.Cette phase NPTCI 1 qui s’achève a vu la formation de près de 780 étudiants en Master, l’inscription de 75 étudiants au programme PhD et le financement de 40 projets de thèse de doctorat.

 Le président de la CIEREA, venu rendre visite au Conseil, a vivement félicité les membres pour le travailabattu et leur a réitéré la reconnaissance de la CIEREA.

 Pour la mise en œuvre de la phase 2 du NPTCI, la Direction a pu mobiliser des ressources additionnelles pour soutenir les efforts du programme. C’est ainsi qu’une convention a été signée avec le Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI) portant sur 2 millions de dollars canadiens. La Fondation Bill et Melinda Gates et l’Alliance pour  une Révolution Verte en Afrique (AGRA) ont conjointement accordé un financement de plus   3 millions de dollars US. Grâce à ces nouveaux fonds, le PTCI va mettre en place un sous-programme d’enseignement en économie et politique agricoles, renforcer son sous-programme doctoral et capitaliser sur ses acquis pour être parmi les plus prestigieux programmes de formation supérieure de l’Afrique.

 Déjà, la direction s’est étoffée de nouvelles capacités avec le recrutement d’une responsable de suivi-évaluation,  d’une chargée de communication, d’un assistant aux programmes et d’une assistante de direction bilingue. Et le programme s’ouvrira au monde anglophone avec  l’expérimentation de l’anglais comme langue de travail. Des relations constructives seront tissées avec les pays anglophones comme le Ghana, à travers l’établissement d’une coopération étroite dans la mise en place du  programme de Master en Economie et Politique Agricoles ainsi que la formation doctorale dans le même domaine.

Les défis sont donc nombreux pour cette phase débutante du PTCI. Le Directeur M. Kimseyinga Savadogo n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler aux membres du Conseil les attentes des partenaires financiers qui souhaitent des résultats positifs basés sur les normes académiques de standards internationaux. Le Conseil s’est accordé sur le fait que la qualité et l’employabilité  des produits formés doivent être les maîtres mots pour cette nouvelle ère du PTCI.